7 Weeks a commencé à écrire des morceaux à l’époque de Myspace, quand il était exotique de traiter de stoner tout groupe qui faisait du rock lourd un tant soit peu mélodique. Le groupe de Limoges s’est formé seul sur la route. Cette quête les a menés partout en Europe et au Royaume Uni, jouant devant des publics très différents, du Rock for People au Hellfest. En 2011, déjà bien rodés et identifiés comme un groupe de rock très organique, ils surprennent tout le monde avec leur 2eme album en intégrant des sonorités synthétiques et des climats glaçants pour leur ciné-concert sur le film “Dead of Night”. Ce changement de cap façonne toute la suite: une recherche sonore qui ne peut se renouveler qu’en ouvrant à chaque album une nouvelle porte, n’hésitant jamais à prendre des risques. Assumant leurs choix, de chaque difficulté ils ont tiré parti en étant leur propre producteur auto-financés. A l’image du Bison de l’artwork, ils ont même failli disparaître, mais jamais cela n’a entaché leur créativité, au contraire, c’est leur inspiration.
Leur dernier album « Sisyphus » (janvier 2020) est le résultat de ces années de persévérance : un rock racé, une pierre qu’ils ont amenée tout en haut comme dans le Sisyphe de Camus, pour mieux la regarder retomber … et la remonter.

*ROLLING STONE :
★★★★
“un des albums rock les plus fascinants de ce début d’année”
*FRANCE INFO :
« Les rockeurs de 7 Weeks nous offrent un nouvel ovni musical »

*ROCKHARD :
« Un disque qui marquera »
*GUITAR PART :
« Magique tout simplement »
*METALOBS’ :
« un grand album (…)le songwritting à son summum»
*MYROCK :
« un disque racé de rock pur jus et percutant » *GUITAR
*XTREME :
« un petit joyau dont l’acquisition semble impérative »
*RADIOS :
FIP, ZEGUT, OUI FM, Classic 21, Férarock…

Le Ep ‘’What’s Next?” -The Sisyphus Sessions- est une extension de l’album ‘’Sisyphus’’ qui ramène à l’œuvre originelle et vice versa. Enregistré en juillet 2020, il illustre parfaitement l’abnégation du groupe qui retourne chercher son rocher après avoir subit l’annulation de toute sa tournée en mars dernier, le besoin d’écrire et d’enregistrer.